alexa-noscript

La recette du week-end : une salade qui vous file la patate

La recette du week-end : une salade qui vous file la patate

C’est peu dire qu’on aime la salade de patates : on est capable d’en manger du petit déjeuner au grignotage de minuit en passant par l’heure du goûter. Au fond, la salade de pommes de terre, c’est un peu comme un vieux copain, une vieille copine : on peut la convoquer à toute heure du jour et de la nuit, lui confier tous nos secrets et surtout elle nous pardonne tout.

 

Quignon d’andouille

 

Un exemple ? Qu’on la prépare un matin incertain et maladroit de gueule de bois et notre salade de charlottes se fait indulgente et réconfortante. Qu’on l’emprisonne dans une affreuse boîte en plastique et elle sera vaillante pour supporter le voyage en Taunus. Qu’on lui impose un quignon de Morteau ou d’andouille de Guémené qui n’a plus vingt ans et la patate leur refait une jeunesse. Tout comme elle fait frétiller le filet de hareng, le pied de veau et la knack. Car la salade de pommes de terre supporte tous les caractères des ingrédients et des gâte-sauces. Elle aime le feu de la harissa tout comme la verdeur du persil plat et de l’aneth. Elle côtoie aussi bien ce prolo de la mer qu’est le bulot que la tête couronnée de la terre qu’est la truffe. Elle tolère les paresseux qui la bâclent en trois cuillères à soupe d’huile comme les orfèvres qui cisèlent l’échalote et la ciboulette pour en faire un jardin parfumé.

 

 

Apéro dînatoire

 

Certes, à l’heure du déjeuner au bureau, vous avez le droit de préférer les assemblages de plus en plus sophistiqués des cantines bio et des corners prêts à bâfrer. Mais, en matière de salade, celle de pommes de terre reste un fondamental incontournable qu’il sera facile de vous approprier, si ce n’est déjà fait. Et le week-end est un temps béni pour ce plat tous terrains. Car la salade de patates peut être l’un des piliers d’un apéro dînatoire, d’un brunch ou d’une dînette en duo façon plateau télé ou nuit à la belle étoile. Elle est idéale pour les pique-niques précoces dès que le thermomètre ne vous imposera plus de manger avec des mitaines.

 

Moulée à la louche

 

 

L’autre jour dans la délicieuse librairie Ryst à Cherbourg (Manche), on a déniché Normandie, recettes cultes moulées à la louche, le livre appétissant de Sylvie Girard-Lagorce, écrivaine et journaliste passionnée de terroir. On s’est précipité sur sa « salade cauchoise », une salade de pommes de terre assaisonnée à la normande avec une vinaigrette à la crème fraîche. Pour quatre personnes, il vous faut 300 g de jambon cuit à l’os ; 500 g de pommes de terre nouvelles (on a opté pour des patates à chair ferme) ; 4 branches de céleri ; 2 cuillères à soupe de persil plat frais ; 20 cl de crème fleurette ; 2 cuillères à soupe de vinaigre de cidre ; sel et poivre du moulin. Lavez les pommes de terre et faites-les cuire à l’eau dans leur peau pendant 25 minutes environ, puis égouttez-les et laissez-les tiédir avant de les peler. Effilez au couteau et tronçonnez les branches de céleri. Taillez le jambon en petites languettes. Ciselez le persil. Versez la crème dans un saladier, ajoutez le vinaigre et fouettez vivement, salez et poivrez. Ajoutez les pommes de terre coupées en rondelles, puis le jambon, le persil et le céleri. Mélangez délicatement et servez sans attendre, accompagné d’un cidre brut comme le conseille l’auteure.

 

Source : liberation.fr

Commentaires (0)

Leave a comment