alexa-noscript

Alimentation animale : en Bretagne, Valorex innove pour remplacer le soja brésilien

Valorex

L'innovation, chez Valorex, est une seconde nature. L'entreprise du pays de Fougères a inventé un nouveau procédé d'association de graines dans l'alimentation animale.

La France importe 3,5 millions de tonnes de tourteau de soja destiné à l’élevage chaque année. Des exportations lourdes de conséquences, économiques d’une part pour les éleveurs et écologiques d’autre part puisque la production massive de soja au Brésil menace son écosystème.

Persuadée depuis longtemps que la solution réside dans les graines oléagineuses et protéagineuses anciennes, l’entreprise Valorex, basée à Combourtillé, a lancé en 2015 un programme de recherche nommé Proléval (PROtéagineux, oLÉagineux, VALorisation animale).

Un programme sur six ans qui coûte 17 millions d’euros, avec des aides publiques, mais largement financé tout de même par Valorex ainsi que Terrena et Dijon Céréales. Il consiste à rendre pérenne l’intégration des olé-protéagineux français dans l’alimentation des animaux d’élevage (volailles, porcs et ruminants).

Un atelier pilote avant une ligne industrielle

Les premiers résultats de ce programme de recherche étant concluants, Valorex vient de lancer un atelier pilote avec un nouveau process permettant de combiner la féverole, le lupin, le pois et le lin.

Il utilise les opérations suivantes : nettoyage, fractionnement, séparation, traitement hydro-thermique et enzymatique, cuisson sous pression et traitement thermique. L’atelier pilote devrait donner lieu au prochain investissement de Valorex : une ligne industrielle dont le coût est estimé entre 1,5 et 3 M€.

Valorex utilise le procédé d’extrusion pour la cuisson et la transformation de ses aliments. (©Valorex)

C’est quoi Valorex ?

L’entreprise Valorex a été créée en 1993 par Pierre Weill, toujours président de la société. Elle est spécialisée dans la mise en place de filières végétales et le traitement spécifique des graines oléagineuses et protéagineuses destinées à l’alimentation animale. L’entreprise compte 125 collaborateurs dont 30 chercheurs et ingénieurs. Son chiffre d’affaires est passé de 72 M€ en 2016/2017 à 81,9 M€ en 2018/2019. Elle est implantée sur 7 sites en France, dont deux proches de Fougères, Combourtillé et Châtillon-en-Vendelais. Valorex produit 190 000 tonnes d’aliments et de noyaux extrudés par an. 15 000 éleveurs utilisent la démarche Valorex par le réseau de fabricants et de transformateurs clients de l’entreprise.

Commentaires (0)

Leave a comment