alexa-noscript

10 aliments du futur

10 aliments du futur.jpg

Pour nourrir une population grandissante, il faudra peut-être mettre au menu de la farine d’insectes et des algues, de la viande végétale et du lait artificiel… Ça vous ouvre l’appétit ?

1. Insectes à toutes les sauces
Déjà 80 % de la population mondiale déguste fourmis, criquets ou autres vers. Au Québec, la barre Näak (attention au jeu de mots…) et les pâtes Mélio, à la farine de grillons, se sont taillé une place sur les étagères. Les 1 400 insectes propres à la consommation représentent une source de protéines intéressante pour remplacer la viande, avec empreinte carbone négligeable et prix nettement inférieur. Vous mangez déjà 500 g d’insectes chaque année sur les fruits, dans les plats… ou en dormant.

2. Viande in vitro
Faire « pousser » de la viande à partir de cellules animales ? L’entreprise Just a réussi et doit commercialiser ses premières pépites de poulet d’ici la fin de l’année ! Ce n’est pas tout: elle planche sur du chorizo à s’y méprendre, de même que du foie gras, au soulagement des oies. Et pas besoin des 4 500 litres d’eau nécessaires à la production d’un steak.

3. Viande végétale
Le burger d’Impossible Foods goûte la viande, saigne comme la viande… mais sa galette végétale demande plus de gras et six fois la quantité de sel d’une galette de viande. Quant au burger de Beyond Meat, mélange de pois et de soya, il fait fureur en restauration rapide.

4. Poisson de laboratoire
Même procédé que la viande in vitro. Le produit de Finless Foods est près de la production, ne reste qu’à trouver des nutriments (pour la multiplication des cellules) moins coûteux. Une autre entreprise, New Wave Foods, cherche à créer des crevettes synthétiques à partir d’algues rouges.

5. Algues riches
Elles ne servent pas qu’à enrouler vos sushis ! Les algues sont riches en protéines, en bons gras et glucides, en plus des oméga-3. Elles devraient se multiplier dans les substituts de repas.

6. Aliments connectés
Bientôt, une puce recyclable placée sur les aliments permettra de connaître la valeur nutritive de ceux-ci, leur provenance et leurs méthodes de production.

7. Repas en capsules
Manger un repas en gélules comme on l’annonçait dans les années 1950 ? L’idée fait encore rêver des scientifiques qui travaillent sur les nano-aliments pour offrir une expérience intéressante en matière de saveur et de texture. Le géant Nestlé, notamment, effectue des recherches en vue de lancer des capsules contenant les nutriments suffisants pour une journée.

8. Aliments imprimés
Des imprimantes 3D servent déjà à donner des formes spectaculaires aux aliments. Edible Growth, des Pays-Bas, en a créé une qui permet d’imprimer un baluchon doté de pousses vertes et de champignons, qui mettent quelques jours pour arriver à maturité.

9. Lait sans vache
En 2014, des chercheurs irlandais ont fabriqué du lait de vache artificiel, avec un résultat similaire à l’original. L’entreprise californienne Perfect Day commercialisera sous peu ce lait, créé à partir de protéines bovines, puis élaboré grâce à des techniques de fermentation.

10. Croustilles protéinées
Voici ce que dit le brevet déposé par Frito-Lay : « Des matériaux granulaires nutritifs de fine taille, des particules agglomérées dans des microbilles polyvalentes, utilisées pour insérer des quantités importantes de propriétés nutritives dans les collations. » En clair, des microbilles d’amidon qui contiennent protéines, minéraux et autres nutriments pour rehausser la qualité nutritionnelle des Cheetos. Déculpabilisant, non ?

Commentaires (0)

Leave a comment

Site Related Content Block